Jean-Philippe Rameau | Pygmalion

Pygmalion tient une place toute particulière dans l’histoire de la musique : c’est en effet le premier acte de ballet qui s’invite à l’Opéra le 27 août 1748, ouvrant ainsi la voie à l’émancipation d’un nouveau genre spécifiquement français. Un tel spectacle avait la faveur du public du milieu du XVIIIe siècle : le genre plaisait et les pièces à succès combinées les unes aux autres pouvaient former un nouveau programme de type composite. La forme est courte, mêlant chant et danse autour d’une trame narrative très épurée.
L’intrigue ressuscite le mythe de Pygmalion, alors très peu mis en musique. Le sculpteur tombe amoureux  de sa statue, qui s’anime en dansant.
Le baron Grimm ne tarit pas d’éloges : « Quelle régularité dans le dessein, quelle harmonie dans la symphonie, quelle simplicité, quel savoir dans la basse continue, quelle noblesse dans sa marche, quelle expression dans le chant, comme il est touchant et vrai ! » (Lettre sur Omphale).

« Ces deux oeuvres de Royer et Rameau, grands compositeurs français sous le règne de Louis XV, sont les points culminants du genre de l’acte de ballet. La danse est, traditionnellement en musique, le moment privilégié où les compositeurs expriment de manière saisissante leur génie de l’harmonie et de l’orchestration. C’est ce qu’ont fait ces deux maîtres, de manière remarquable mais très différentes. Nous sommes dans les deux cas en France en 1748 mais chacune des oeuvres témoigne d’une identité extrêmement forte, petite fantaisie orientaliste avec Almasis et métamorphose d’Ovide avec Pygmalion, nous sommes pris dans cette magie incroyable de voir une statue s’animer au son d’une musique totalement enchanteresse. »

– Christophe Rousset

 

Jean-Philippe Rameau (1683-1764)
Pygmalion (1748)

Acte de ballet sur un livret de Sylvain Ballot de Sauvot, d’après Antoine Houdar de la Motte créé le 27 août 1748 à l’Académie royale de musique, à Paris

Pancrace Royer (ca 1705-1755)
Almasis (1748)

Acte de ballet sur un livret de François-Augustin Paradis de Moncrif créé le 26 février 1748 au théâtre de Madame de Pompadour, à Versailles

Mathias Vidal ténor haute-contre
Déborah Cachet soprano
Natalie Perrez mezzo-soprano
Ambroisine Bré mezzo-soprano
David Witczak baryton

Choeur de Chambre de Namur
Les Talens Lyriques
Christophe Rousset direction 

Voir aussi

  • Chœur de Chambre de Namur

    Carmina Latina

    Potsdam, Allemagne

    30 concerts depuis 2012Replay du dernier concert à SION, SUISSE, LE 5 NOVEMBRE 23Des polyphonies de la péninsule ibérique aux musiques sacrées d'Amérique latine, Leonardo García Alarcón nous convie à un voyage musical très excitant. Il révèle...

  • Chœur de Chambre de Namur
    Millenium Orchestra

    Fauré - Requiem

    Namur, Belgique

    100e anniversaire de la disparition de Gabriel Fauré (1845-1924) Le Chœur de Chambre de Namur et Millenium Orchestra placés sous la direction de Thibaut Lenaerts donnent en concert et enregistrent pour Ricercar la toute, toute première...

  • Chœur de Chambre de Namur

    Odes, Un hymne de Purcell dans les airs

    Brugge, Belgique

    L’ode est un poème lyrique écrit pour célébr­er les occa­sions spé­ciales. Cette forme se pop­u­larise avec la mise en musique de 16 d’entre eux par Henry Purcell. Des solistes de renom tels que Reginald Mobley, Stephan MacLeod et Rachel...